De nombreuses entreprises alimentaires hésitent souvent à franchir le pas du Digital Learning. Pourtant, digitaliser ses formations présente de nombreux atouts. De plus, Alimento vous aide à relever ce défi. Spa Monopole a récemment implémenté une politique « Digital Learning » au sein son personnel. Fabrice Clavie, responsable RH, en témoigne.

Alimento : Pourquoi avoir mis en place le Digital Learning ? Quelle stratégie se cachait derrière ?

Fabrice Clavie : Notre stratégie comportait plusieurs axes. Le premier était notre plan de formation. Il prenait énormément de retard. Or, on s’était engagé à être conforme aux accords du secteur alimentaire. De plus, c’était le moment opportun pour se lancer dans le Digital Learning. Il nous fallait tester nos collaborateurs face à l’usage de l’e-learning. Le deuxième axe concernait la crise sanitaire : le télétravail est devenu la norme pour certains de nos travailleurs. C’était aussi l’occasion pour eux de continuer à développer leurs compétences en leur proposant un outil en ligne leur permettant de garder un lien avec l’entreprise. De plus, d’un point de vue qualitatif, le Learning Management System (LMS) a permis de rassembler des outils de formation qu’on avait déjà et qui étaient dispersés à différents endroits. Le but était aussi de professionnaliser notre politique de formation et de regrouper nos nouveaux contenus via un endroit centralisé.

Alimento : Quel type de public touchez-vous via l’e-learning ?

Fabrice : Les employés et les cadres, car ils disposent d’une adresse e-mail. Ils sont au moins 80% à avoir déjà sollicité au moins un module de formation. Ce n’est pas le cas de nos ouvriers. On réfléchit néanmoins en ce moment à stocker sur notre plateforme des formations destinées aussi aux ouvriers. On vise surtout les formations qui peuvent ou doivent être revues plusieurs fois, de type « bonnes pratiques », « amélioration continue », « approfondissements techniques », « connaissance des machines », « développement personnel », etc.

Alimento : Combien de modules de formation « maison » avez-vous développé ?

Fabrice : On a déjà une dizaine de modules « faits maison » qui sont regroupés dans notre espace formation sur la plateforme myskillscamp. La plupart ont été filmés par nos soins (près de sources d’eau, sur une ligne de production, …).

Alimento : Qui développe ces modules ?

Fabrice : On a un formateur externe qui s’occupe de certains cours. Puis certains salariés en interne développent eux-mêmes les formations (par exemple : l’hydrologie, les lignes de production, etc.) lorsqu’ils ont assez de temps pour ça.

Alimento : Quelles difficultés avez-vous rencontré ?

Fabrice : Arriver à y consacrer du temps et à nous détacher de notre vision trop « perfectionniste » des modules. Comme on était trop ambitieux, on a changé notre fusil d’épaule et décidé de simplement mettre en place, pour toute une série de sujets, des slideshows commentés pour conserver toute l’information à un seul et même endroit. C’était plus simple.

Alimento : Quels sont les avantages selon vous du Learning Management System ?

Fabrice : C’est très intéressant pour obtenir des reportings et suivre la progression de chaque salarié. De plus, on a reçu pas mal de messages des collègues qui disaient « c’est tout neuf et moderne, c’est super ! ». Donc, en termes d’image pour l’employeur, c’est vraiment un plus !
 

Vous aussi, vous souhaitez passer le cap du Digital Learning ?

Bénéficiez d’un accompagnement sur mesure via notre Digital Learning Scan (gratuit). Découvrez également toutes nos formations à suivre en ligne ici. Vous avez des questions concernant le Digital Learning et/ou la manière de le mettre en place dans votre entreprise ? Contactez Frédéric Baugniet (voir coordonnées à droite).

Prenez contact pour plus d’info

Restez informé

Entreprises alimentaires

Inscrivez-vous à notre newsletter pour rester informé sur nos formations et services.

Retour vers le haut