Voici un très bel exemple à imiter au sein du secteur alimentaire : L’écopain d’Ignace, une boulangerie située à Enghien. Suite à un premier contact avec Alimento, la société s’est très vite rendue compte qu’excepté ses boulangers, aucun autre travailleur n’avait fait reconnaître ses compétences et son savoir-faire auparavant. Or, plusieurs d’entre eux avaient acquis, avec le temps, énormément d’expérience. L’entreprise a donc décidé de faire appel à la validation des compétences pour valoriser leur travail et  mieux gérer les compétences en interne. Zoom sur les nombreux effets positifs de ce projet !

Ci-dessous, les personnes ayant témoigné au sujet de la validation des compétences chez L’écopain d’Ignace :

Piet Vermoesen, Plant Operations Manager chez L’écopain d’Ignace

PIET_ECOPAINS

Laurent Gall, coordinateur formations en Wallonie et à Bruxelles chez Alimento

laurent_ecopains

Séverine Deneubourg, chargée de missions au sein du Consortium VdC.

src=

José Pereira, opérateur de production en industrie alimentaire chez l’Ecopain d’Ignace.

jose_ecopains

 

En quoi est-ce important de procéder à une validation des compétences ?

Laurent Gall : un collaborateur sur quatre n’a pas de diplôme ou de qualification dans le secteur alimentaire. Or, certaines personnes ont parfois quasi 10 ans d’ancienneté. La validation des compétences est donc une excellente idée pour les personnes qui ont énormément de compétences acquises et d’expérience à faire valoir : on me reconnaît ou je me fais reconnaître dans le poste de travail que j’occupe.

Quels sont les avantages de la validation des compétences pour une entreprise ?

Séverine Deneubourg : c’est un réel soutien à la stratégie RH de l’entreprise. Elle optimise les parcours de formations et aide à mettre en lumière des compétences sous-estimées ou peu visibles jusqu’à ce stade. Ensuite, elle améliore l’image de marque auprès des partenaires, des clients ainsi que des travailleurs. Elle facilite aussi la transmission des savoir-faire et, un avantage non négligeable, elle est un levier de reconnaissance et d’estime de soi pour les travailleurs. Ce sont justement deux éléments essentiels pour la fidélisation des collaborateurs.

Quel élément a été à l’origine de ce processus chez L’écopain d’Ignace ?

Piet Vermoesen : certaines personnes travaillaient depuis longtemps ici et n'osaient pas spécialement se former autrefois. La validation des compétences offre l'opportunité de pouvoir établir un meilleur parcours de formation dans le futur. Cela leur a alors suscité l’envie d’apprendre davantage, de découvrir de nouvelles choses dans leur métier (comment de nouvelles machines fonctionnent par exemple). 

Comment s’est déroulée l’épreuve de validation des compétences ?

José Pereira : le début de l’examen s’est déroulé dans le sas de désinfection. Il fallait bien se laver et se désinfecter les mains avant de commencer. Ensuite, nous sommes entrés dans la zone d’emballage et nous avons conditionné les produits sous l’œil attentif de notre évaluateur. Pour moi, c’était une journée comme une autre, tout s’est bien passé. Je n’ai pas du tout vécu cela de façon stressante. C’est reconnaître ce qu’on fait tous les jours et cela nous montre aussi que ce que l’on fait, on le fait bien.

Y a-t-il eu une plus-value pour L’écopain d’Ignace suite à ce projet ?

Piet Vermoesen : l’atout est d’avoir à présent davantage de travailleurs formés sur plus de choses et d’avoir pu recenser leurs compétences. Les gens ont aussi gagné en confiance car leurs compétences sont certifiées. Je pense que la confiance donne de l’indépendance. Cette indépendance permet de stimuler l’esprit d’autonomie et d’initiative au sein du personnel.

Retrouvez la vidéo complète de ces témoignages ici sur notre chaîne YouTube.

Prenez contact pour plus d’info

Restez informé

Entreprises alimentaires

Inscrivez-vous à notre newsletter pour rester informé sur nos formations et services.

Retour vers le haut